Avis Fjallraven Keb Eco-Shell Jacket

9.2Score Expert
Eco-Shell Fjallraven Keb

Alliant style et performances, la veste hardshell de Fjallraven offre une protection optimale contre les intempéries ainsi qu'une coupe et une finition élégantes.

  • Prix : 500€
  • Poids : 470g (femme petite)
  • Imperméabilisation : 3L Eco-Shell
  • Denier : 60D

POUR
  • Élégant sans compromis sur les performances
  • Excellente durabilité
  • Ajustement et finition de qualité supérieure
CONTRE
  • Lourd
  • Pas de poches pour les mains
  • Aérations centrales sont moins adaptées aux intempéries que les fermetures éclair des puits.

Accueil > Randonnée

Basé en Suède, Fjallraven gagne en popularité en France avec des vêtements de plein air élégants et bien construits qui passent bien de la montagne à l’environnement urbain. Le Keb Eco-Shell est leur offre de hardshell haut de gamme et se distingue par son tissu épais et extensible, ses couleurs de bon goût et ses caractéristiques de conception élégante. Il offre également un haut degré de protection contre les éléments. J’ai testé la version féminine du Keb Eco-Shell pendant un hiver dans le centre de Washington et lors d’une randonnée en Patagonie et j’ai adoré la sensation de qualité, même si ce n’est pas mon premier choix pour des activités sérieuses et engagées dans l’arrière-pays. Ci-dessous, je détaille mes expériences avec la veste Keb Eco-Shell. Pour voir comment elle se situe par rapport à la concurrence, consultez notre article sur les meilleures vestes hardshell.

fjallraven eco shell avis

Performance

Protection contre les intempéries

La Keb Eco-Shell de Fjallraven est une veste hardshell conçue pour offrir une protection de premier ordre contre les intempéries, quelles que soient les conditions. De nombreuses vestes hardshell haut de gamme utilisent une membrane Gore-Tex pour empêcher l’humidité de pénétrer, mais Fjallraven s’est plutôt tourné vers son Eco-Shell maison, qui s’est très bien comporté lors de mes tests sous la pluie et la neige. La coque en polyester 60 deniers (D) et la finition déperlante constituent une première ligne de défense efficace, tandis que les coutures étanches et le rabat-tempête derrière la fermeture à glissière Aquaguard empêchent les fuites. Ajoutez à cela une capuche généreuse (compatible avec le port d’un casque), des poignets en velcro, un col haut et un ourlet réglable (70 centimètres pour les femmes de petite taille), et vous obtenez une protection solide et fiable contre tout ce que Mère Nature peut vous réserver.

L’un des premiers jours où j’ai testé le Keb Eco-Shell s’est déroulé pendant une tempête, lorsqu’il est tombé plus de deux mètres de neige en 24 heures. Pendant que je pelletais mon entrée dans le blizzard, le Fjallraven était un compagnon idéal : L’épaisse coque m’a inspiré confiance, la capuche est restée sur ma tête et l’ourlet à bascule m’a protégé lorsque je me suis penché. De plus, le tissu extensible aux motifs articulés offrait une grande liberté de mouvement. Le mois suivant, j’ai emmené le Keb Eco-Shell en Patagonie, où je l’ai porté sous le vent et la pluie pendant une randonnée de nuit. Une fois de plus, il m’a offert une protection et une mobilité de premier ordre, à tel point que j’avais hâte de l’enfiler à chaque fois. Je craignais que l’épais tissu en polyester n’absorbe l’humidité en cas de pluie soutenue (il s’agit d’un tissu de type softshell), mais la finition déperlante ne m’a pas encore laissé tomber.

Respirabilité

Si vous prévoyez de transpirer dans votre hardshell (en faisant du sac à dos, du ski dans l’arrière-pays ou en pelletant votre allée, par exemple), il est bon d’avoir une conception respirante. J’ai été impressionné par la membrane Eco-Shell, qui semble être aussi performante, voire plus, que le Gore-Tex en termes de régulation de la température. C’est en grande partie grâce à sa construction unique : Contrairement au Gore-Tex, qui ne fait que transporter la vapeur d’eau d’un côté à l’autre, l’Eco-Shell est une membrane hydrophile, ce qui signifie qu’elle éloigne activement l’eau de la peau. L’extensibilité supplémentaire contribue également à rendre la veste plus perméable à l’air et moins moite dans l’ensemble, plus proche d’une softshell que d’une hardshell en termes de respirabilité. Cependant, avec son tissu épais de 60 deniers, la Keb Eco-Shell a un peu de chaleur intégrée, et n’est pas le meilleur choix pour un temps particulièrement chaud.

Ventilations centrales

De manière unique, le Keb Eco-Shell remplace les fermetures éclair de puits par des évents centraux, situés là où la plupart des vestes auraient des poches chauffe-mains. Cet emplacement les place à l’écart de vos bras et des bretelles de votre sac à dos, ce qui leur permet d’être pleinement exposées au flux d’air. C’est une décision fonctionnelle de Fjallraven, mais elle s’accompagne de quelques inconvénients. Tout d’abord, je n’ai pas aimé ouvrir les bouches d’aération sous la pluie et la neige, car elles sont beaucoup moins protégées que les fermetures éclair standard (laissant ma couche intermédiaire vulnérable aux éléments). Deuxièmement, elles prennent la place des poches chauffe-mains, ce qui signifie que les seules poches fonctionnelles du Keb se trouvent au niveau de la poitrine (bien que les aérations centrales vous permettent d’accéder aux poches pour les mains de votre couche intermédiaire). C’est un design intéressant et efficace qui permet de gagner un peu de poids, mais il m’a fallu un certain temps pour m’y habituer.

A lire aussi :  Chaussures de trail ou chaussures de randonnée : Guide du confort

Confort

La Keb Eco-Shell de Fjallraven offre d’excellentes performances par mauvais temps, mais elle n’est pas en reste en matière de style, avec un look élégant qui se porte très bien en ville. L’une des caractéristiques les plus importantes que nous recherchons dans un véhicule quotidien est le confort, et le Keb est à la hauteur à cet égard. J’ai appris à aimer enfiler cette veste : Elle se glisse facilement sur les couches intermédiaires techniques et les pulls, et la doublure souple et la coque en polyester extensible offrent une grande liberté de mouvement et un confort tout au long de la journée, on est loin d’une coque rigide et friable en nylon. De plus, Fjallraven a ajouté des pièces de polaire à l’arrière du cou et au menton, et le col haut est un endroit idéal pour enterrer mon visage dans une tempête. Certes, il s’agit toujours d’une veste hardshell, elle fait toujours un peu de bruit lorsque je bouge, et la fermeture éclair frontale rigide s’enfonce parfois dans mon ventre lorsque je me penche, mais le confort général est meilleur que celui de la plupart des concurrents.

Qualité de fabrication et durabilité

Fjallraven est connu pour la qualité exceptionnelle de ses vêtements et de son matériel, et la Keb Eco-Shell ne fait pas exception. Cette veste respire la qualité, du tissu de qualité supérieure aux coutures étanches, en passant par les couleurs élégantes et les motifs articulés. Pas un point n’est déplacé, et malgré les descentes en télésiège, le fait d’avoir été fourrée dans un coin de mon sac à dos, et plusieurs jours avec un sac de nuit frottant sur les épaules et le dos, la Keb est toujours comme neuve. J’ai été très impressionné par la durabilité de la coque en polyester 60D extensible : Lorsque je cherchais un camping en Patagonie, j’ai creusé un tunnel dans une petite grotte, et la veste s’est accrochée à un gros cristal de granit, faisant un bruit sec lorsqu’elle s’est détachée. J’étais sûr de l’avoir déchirée, mais le tissu était complètement indemne. Dans l’ensemble, la qualité de fabrication de la Keb Eco-Shell est difficile à battre. Le prix de 500€ est indéniablement élevé, mais il est clairement construit pour résister aux rigueurs de la vie dans l’arrière-pays.

Poids et facilité d’empaquetage

fjallraven eco shell keb vesteLa Fjallraven Keb Eco-Shell est relativement lourde pour une veste hardshell, à 470 grammes pour une taille femme petite, ce qui est largement dû à son tissu robuste et extensible. Vous pouvez gagner du poids avec des modèles plus performants comme la Arc’teryx Beta AR (411 grammes) et la Norrøna Trollveggen Gore-Tex Pro Light (422 grammes), qui utilisent des tissus 40D plus fins avec des renforts dans les zones les plus sollicitées. Les modèles minimalistes comme le Patagonia Storm10 (210 g) ou le Outdoor Research Helium AscentShell (297g) sont encore plus légers, mais la protection contre les intempéries et la durabilité sont légèrement compromises.

En ce qui concerne l’empaquetage, il n’est pas surprenant que le Keb Eco-Shell ne soit pas aussi petit que la plupart des hardshells en nylon. En bref, si je n’avais pas testé le Fjallraven, il n’aurait pas été mon premier choix pour notre randonnée de quatre jours en Patagonie. Mais pour des activités plus décontractées comme le ski en station, les randonnées d’une journée et les déplacements en ville, le poids et l’encombrement supplémentaires ajoutent un sentiment de confiance à la conception.

 

Caractéristiques principales

Capuche

Le Keb Eco-Shell est équipé d’une capuche compatible avec les casques qui s’ajuste à la fois à l’arrière et sur les côtés. Pour référence, la capuche s’adapte facilement à mon casque d’escalade, mais elle est un peu plus serrée sur mon casque de ski Giro Envi. Cependant, les réglages sont à la fois faciles à utiliser et efficaces : Lorsqu’elle est ajustée sur ma tête nue, la capuche offre une grande couverture et une bonne visibilité sans être trop grande. Elle est également dotée d’une visière généreuse qui protège bien mon visage des gouttes. Mon seul reproche concerne les grandes boucles de cordon de serrage qui pendent à l’avant à partir des réglages latéraux (certaines vestes les font passer proprement à l’intérieur), mais cette plainte relève plus d’une préférence de style que d’autre chose.

A lire aussi :  Randonnée et santé : notre guide complet

Rangement : Poches

L’une des parties les plus controversées du design de la Keb Eco-Shell est ses poches. La veste dispose de deux poches extérieures sur la poitrine, d’une petite poche sur la manche gauche, et d’une poche intérieure zippée (lire : pas de poches pour les mains). J’ai trouvé que les poches de poitrine étaient difficiles à utiliser comme rangement principal : Avec les fermetures à glissière verticales, les objets à l’intérieur risquent de tomber lorsqu’elles sont ouvertes, et la poitrine semble être un endroit inesthétique pour ranger du matériel volumineux (les poches s’agrandissent même avec du tissu supplémentaire à la base). De plus, ces poches ne constituent pas un endroit idéal pour se réchauffer les mains. En fin de compte, j’ai trouvé que les aérations centrales étaient une bonne solution de rechange : La plupart du temps, j’ouvre les aérations et je place mes mains et mes objets essentiels dans les poches à main de ma couche intermédiaire. Je pense que c’était l’intention de Fjallraven en plaçant les aérations centrales là où elles sont, au final, cela permet de gagner du poids de fusionner les aérations et les poches en un seul élément, et la fonctionnalité est grande (en supposant que vous portez une couche intermédiaire).

Forme et taille

La coupe est l’une des principales forces du Keb Eco-Shell. Avec des motifs de qualité et une grande attention aux détails, la veste est à la fois belle et agréable à porter. L’ourlet légèrement descendant (70 cm de longueur au centre du dos) offre une grande couverture dans le dos (parfaite pour pelleter l’allée ou se pencher pour ajuster mes chaussures de ski), et je peux atteindre les hauteurs sans que la veste ne dépasse mes hanches. J’ai opté pour la taille femme small, qui correspond à la taille réelle, et Fjallraven propose la Keb Eco-Shell pour femmes en sept tailles différentes, du XXS au XXL.

Durabilité

En 2022, de plus en plus de fabricants modifient leurs activités pour privilégier les pratiques respectueuses de l’environnement et de la société. Fjallraven est un leader du secteur à cet égard, comme le prouve son tissu Eco-Shell. Alors que les membranes Gore-Tex sont pratiquement impossibles à recycler (étant donné leur composition complexe de multiples textiles différents), l’Eco-Shell est entièrement recyclable. De plus, il est fabriqué à partir de polyester partiellement recyclé et ne contient aucun matériau nocif pour l’environnement (il utilise notamment une finition hydrofuge sans fluorocarbone). Fjallraven compense également toutes ses émissions (ce que l’on appelle la compensation climatique) et s’engage à traiter équitablement les travailleurs. Enfin, plus que la plupart des entreprises de plein air, Fjallraven s’attache à fabriquer des produits très durables qui devraient résister à l’épreuve du temps (vous ne trouverez pas ici de vestes ultralégères et fragiles). Comme le dit le dicton, réduisez d’abord, puis réutilisez et recyclez.

fjallraven eco shell keb poche

Les autres versions de la Fjallraven Keb Eco-Shell

Nous avons testé la version féminine de la Keb Eco-Shell pour cet article, mais la veste existe également en version masculine. La Keb Eco-Shell pour hommes a un design et un prix identiques (500€), est disponible en quatre coloris (contre trois pour les femmes), et est proposée en sept tailles du XS au XXXL. Pour compléter la gamme, Fjallraven propose une version masculine de la veste en forme de parka avec une capuche bordée de fausse fourrure, ainsi qu’un pantalon Keb Eco-Shell pour hommes et femmes qui utilise la même technologie d’imperméabilisation exclusive.

Ce que nous aimons

  • L’ajustement est excellent grâce aux matériaux extensibles, aux motifs articulés et à l’ourlet à bascule.
  • Le tissu Eco-Shell est incroyablement résistant et respirant tout en offrant une excellente protection contre les intempéries.
  • Plusieurs finitions haut de gamme, notamment des couleurs élégantes, un badge Fjallraven sur l’épaule gauche et un drapeau suédois sur la hanche gauche, en font une pièce élégante pour une utilisation en ville.
  • L’Eco-Shell est entièrement recyclable (contrairement au Gore-Tex), fabriqué à partir de matériaux partiellement recyclés et doté d’une finition déperlante sans fluorocarbone.

Ce que nous n’aimons pas

  • Plus lourde et plus volumineuse que la plupart des vestes hardshell hautes performances.
  • Le design manque de poches pour les mains, et les deux grandes poches de poitrine ne sont pas particulièrement pratiques pour ranger des objets volumineux.
  • Les aérations sont placées bas sur le torse, ce qui les rend plus vulnérables aux éléments que les fermetures éclair standard.
  • La capuche est trop petite pour accueillir un casque de ski.

La concurrence

La Keb Eco-Shell est une veste hardshell sophistiquée à l’esthétique caractéristique de Fjallraven, offrant une combinaison unique de style et de protection contre les intempéries. Mais la concurrence est forte en 2022, et un certain nombre de vestes battent la Keb en termes de performances techniques. La Beta AR d’Arc’teryx est notre veste polyvalente préférée : Vous bénéficiez d’une imperméabilité Gore-Tex Pro haut de gamme et d’un nylon 40 et 80D conçu pour offrir durabilité et protection tout en conservant une bonne respirabilité et un poids réduit. Contrairement au polyester extensible de l’Eco-Shell, le nylon du Beta AR n’a pas d’élasticité, mais en conséquence, il est plus léger (411g), plus facile à transporter et moins susceptible de se mouiller dans des précipitations soutenues. Avec la coupe haut de gamme d’Arc’teryx, la liberté de mouvement est également grande malgré le tissu plus rigide. Nous apprécions également les deux poches pour les mains, et les fermetures éclair standard vous permettent d’évacuer la chaleur sans être trop exposé aux éléments. En fin de compte, les utilisateurs sérieux de l’arrière-pays peuvent trouver que ces améliorations valent la différence de prix de 100€, mais le Fjallraven l’emporte en termes de confort et de style.

A lire aussi :  Comment prévoir la météo lors d'une randonnée ?

Originaire de Norvège, Norrøna est l’un des concurrents scandinaves de Fjallraven. Comme Fjallraven, Norrøna propose des vêtements d’extérieur hautes performances pour les conditions difficiles, mais, comme Arc’teryx, leurs conceptions techniques donnent la priorité à la protection intégrale plutôt qu’au style. La Trollveggen Gore-Tex Pro Light est la veste de protection polyvalente de Norrøna qui rivalise avec la Beta AR ci-dessus. Pour le même prix, la veste est dotée de l’imperméabilité Gore-Tex Pro avec un tissu frontal en nylon 40D et de solides renforts 70D. Les différences incluent deux poches de poitrine (à la place des poches pour les mains de la Beta) et une longueur centrale du dos plus longue (74 cm contre 70 cm pour la Fjallraven et 69 cm pour l’Arc’teryx). En termes de poids, le Trolveggen pèse 422 grammes, et sa construction en nylon est plus facile à transporter que le Keb Eco-Shell. Dans l’ensemble, si vous aimez les vibrations scandinaves de Fjallraven mais que vous recherchez une option plus sérieuse et plus performante, Norrøna est un bon point de départ.

fjallraven eco shell keb test

Pour passer à des modèles un peu plus abordables, nous aimons beaucoup la veste Triolet de Patagonia. La Triolet, d’une valeur de 399€, est fabriquée en Gore-Tex standard plutôt qu’en Gore-Tex Pro et utilise du nylon 75D durable. Elle est légèrement plus lourde que toutes les vestes susmentionnées, avec un poids de 487 grammes, mais elle possède un ensemble de caractéristiques bien équilibré, notamment deux poches pour les mains, deux poches de poitrine, une poche intérieure pour les déchets et des fermetures éclair dans les puits. Comme la Keb Eco-Shell, la Triolet offre toutes les performances dont vous avez besoin pour la plupart des activités, mais sa coquille épaisse ne peut pas égaler la respirabilité des alternatives plus fines ou des membranes imperméables plus avancées (comme les Arc’teryx et Norrøna ci-dessus). De plus, le nylon du Triolet n’est pas extensible, et vous n’avez pas d’accessoires élégants comme sur le Fjallraven. Mais avec des couleurs élégantes et la coupe et la finition recherchées de Patagonia, c’est une alternative intéressante (et plus abordable).

Pour des économies de poids et de coût, la Helium AscentShell de Outdoor Research (399€) vaut le coup d’œil. Cette veste offre une version différente d’un hardshell, avec une construction fine en 30D (avec un support en 7D) et un poids léger de 297 grammes pour la version femme. Vous ne bénéficiez pas des points de style de la Fjallraven, en fait, la OR ressemble plus à une veste de pluie utilitaire, et sa coupe carrée est loin d’être élégante, mais le tissu AscentShell est tout aussi extensible, offrant un haut degré de mobilité et de respirabilité. Et comparé à la plupart des hardshells minimalistes, le stockage est excellent, y compris les poches de vidange internes, les poches à main massives, et les poches de poitrine intérieures et extérieures. L’Helium AscentShell ne plaira certainement pas à la foule urbaine, mais c’est une bonne option à avoir dans votre radar si vous cherchez un hardshell léger, extensible et respirant.

Comme nous l’avons vu ici, aucune autre marque ne peut rivaliser avec la combinaison de style urbain et de performance en montagne de Fjallraven. En gardant cela à l’esprit, l’un des plus proches concurrents de la Keb Eco-Shell provient de la propre gamme de la marque : la Bergtagen Eco-Shell Jacket. Pour 75 euros de plus que la Keb, la Bergtagen est une veste plus sérieuse avec des tirettes de fermeture éclair adaptées aux gants, un col plus haut et une capuche plus grande, un tissu ripstop et des coudes renforcés, ainsi qu’un réflecteur RECCO qui aide à vous identifier lors d’une recherche. Ces ajouts ajoutent un peu de poids (510g), mais les aventuriers de l’hiver et les passionnés de l’arrière-pays peuvent préférer le design plus robuste et plus complet. Cela dit, pour plus de 85 grammes de moins et avec des constructions et des détails mieux exécutés, nous opterions toujours pour le Norrøna ou l’Arc’teryx ci-dessus.

Camille

Née et élevée dans les Pyrénées, Camille a grandi en jouant dans la forêt avec son chien et en faisant des randonnées en montagne avec ses parents. Elle est devenue une coureuse de trail, participant à de nombreuses épreuves d'ultra-distance, et vit maintenant à Grenoble avec son mari, David. Ensemble, ils passent la plupart de leur temps libre à courir, à faire des randonnées et à explorer. Bien qu'ils aiment dormir dans leur camionnette et découvrir de nouvelles régions accessibles en voiture, ils sautent parfois dans un avion pour explorer des destinations comme l'Islande, les îles Féroé, la Norvège, le Pérou et la Mongolie...

Escapadement
Logo